Le Petit Cirque de Fred dans Hara kiri en novembre 1965, repris dans Pilote en 1973.
Zone : Portion d'un espace abstrait, d'un domaine d'activité, de pensée.
Dictionnaire Larousse en ligne

Fred a longtemps fait partie de Pilote mais avant ça dans Hara Kiri dès l'origine en 1960, il a signé les 31 premières couvertures, j'ai découvert ça il y a peu en me plongeant dans les archives... Pilote et Hara kiri comme figures historiques de la french touche expérimentale et graphique avec Fred dans l'un des rôles principaux donc mais pas tout seul, avec quelques autres qui ont ouvert des fenêtres et des portes comme les Doors et bien d'autres dans la culture pop avant et après la révolution culturelle en 68 contre le général de Gaulle et l'état d'esprit qui va avec, serious, very serious... Perso c'est surtout Gotlib avec Rhâââ gna gna et les Rlâââ lovely qui a été une révélation début 8à quand c'est sorti en albums mais publié dans l'écho des savanes quelques années plus tôt et surtout parce que je lisais Pif gadget quand j'étais enfant. Gai Luron j'aimais bien, mais là tout d'un coup de voir que le même dessinateur pouvait faire des choses comme ça, délirantes et sexuelles avec des bites et tout, de passer du registre pour les enfants à du réservé aux adultes bravo, ce n'était pas gagné d'avance mais Fred avant lui plus onirique et surréaliste dans la recherche formelle du dépassement des codes de la bande dessinée lui aussi et d'autres avant qui ont donné des idées et des envies à d'autres après, tous les auteurs dans les revues dont c'était l'âge d'or dans les années 70 depuis le 1° n° de l'écho des savanes en 1972 puis Métal Hurlant comme Fluide glacial qui démarrent en 1975, pour les adultes seulement d'abord et ceux qui le seront bientôt par la même occasion... Ma ma ma gé gé génération.

Les premières pubs pour les cigarettes, puis la bière juste derrière, débarquent dans Pilote au tout début des années 70, un marqueur du changement et des bouleversements de la société qui se traduisent dans les journaux faits pour les jeunes et la pop musique qui envahit les esprits qui planent plus ou moins mais quand même pas mal et c'est normal parce que c'est la société de consommation qui veut ça, du nouveau tout le temps et des trucs à vendre ou à acheter du côté des loisirs quand j'avais autour de 20 ans on ne pensait qu'à ça pendant qu'au même âge nos parents se sont tapés la guerre d'Algérie pendant 3 ans. On n'était pas faits pour bien se comprendre mais c'était quand même la bonne ambiance la vie tranquille du consommateur engagé dans la recherche des petits plaisirs permanents des yeux jusqu'au fond du ventre qui remontent dans la tête pour que ce soit la fête tout le temps, dégagé de toute responsabilité...

Jeune pour toujours, je veux rester jeune pour toujours.